Ils ont le pétrole... mais nous on a Michel.

24 septembre 2005

Envoi

5g

Pour toi, kf, en mission au Gabon pour faire valoir nos droits, prouve-leur donc qu'on a des idées ;

Pour toi, Seb, qui n'en finit jamais de gruger et que j'ai traité de gros con avec tout mon dédain ;

Pour toi, Vince, qui t'emmerdes à Provins, puisse ton reflet dans mes Ray-Ban te donner le courage et l'orgueuil du gaulois grognard et chauvin.

Pour vous tous mes amis, commençons par un grand texte, si ce n'est Le grand texte.

Le temps des colonies

Paroles : Michel Sardou, Pierre Delanoë. Musique : Jacques Revaux.

Moi monsieur j'ai fait la colo,
Dakar, Conakry, Bamako.
Moi monsieur, j'ai eu la belle vie,
Au temps béni des colonies.
Les guerriers m'appelaient Grand Chef
Au temps glorieux de l'A.O.F.
J'avais des ficelles au képi,
Au temps béni des colonies.

On pense encore à toi, oh Bwana.
Dis-nous ce que t'as pas, on en a.
Y a pas d'café, pas de coton, pas d'essence
En France, mais des idées, ça on en a.
Nous on pense,
On pense encore à toi, oh Bwana.
Dis-nous ce que t'as pas, on en a.

Pour moi monsieur, rien n'égalait
Les tirailleurs Sénégalais
Qui mouraient tous pour la patrie,
Au temps béni des colonies.

Autrefois à Colomb-Béchar,
J'avais plein de serviteurs noirs
Et quatre filles dans mon lit,
Au temps béni des colonies.

On pense encore à toi, oh Bwana.
Dis-nous ce que t'as pas, on en a.
Y a pas d'café, pas de coton, pas d'essence
En France, mais des idées, ça on en a.
Nous on pense,
On pense encore à toi, oh Bwana.
Dis-nous ce que t'as pas, on en a.

Moi monsieur j'ai tué des panthères,
A Tombouctou sur le Niger,
Et des Hypos dans l'Oubangui,
Au temps béni des colonies.
Entre le gin et le tennis,
Les réceptions et le pastis,
On se s'rait cru au paradis,
Au temps béni des colonies.

On pense encore à toi, oh Bwana.
Dis-nous ce que t'as pas, on en a.
Y a pas d'café, pas de coton, pas d'essence
En France, mais des idées, ça on en a.
Nous on pense,
On pense encore à toi, oh Bwana.
Dis-nous ce que t'as pas, on en a

Posté par Gloumouk à 17:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]